Hier avait lieu, la journée mondiale pour la promotion de l'IPV6.

Derrière ce terme un peu barbare ce cache finalement quelque chose de simple. Aujourd'hui chaque appareil qui se connecte à internet dispose d'une série de numéros pour s'identifier et donc pouvoir communiquer avec les autres. Le système utilisé majoritairement aujourd'hui est l'IPV4 créé en 1984 qui permet de générer 4 milliards de combinaisons. Problème, nous arrivons à saturation des combinaisons. IPV6 est donc un nouveau système d'adressage qui permet de multiplier de manière considérable le nombre de combinaison.

La difficulté majeure dans cette transition est que l'IPV4 et l'IPV6 ne sont pas vraiment compatibles et il est nécessaire qu'il y est un effort collectif de la part des acteurs du web pour faire avancer le sujet. C'est notamment pour sensibiliser le maximum de monde que la journée d'hier a été organisé.

L'IPV6 est un vrai enjeux pour l'évolution de nos usages et notre consommation du réseau. Au delà des aspects techniques, se pose aussi un problème sur la liberté des usages et des personnes. Certaines entreprises souhaitant conserver l'IPV4 et proposer de devenir des intermédiaire entre internet et les appareils. Problème, le contenu des échanges qui passent par ces intermédiaires sont "visibles" par ces derniers.

Je vous invite à lire le bon article sur le sujet réalisé par OWNi et de regarder la petite vidéo publié par Google avec comme prof d'IPV6 Vint Cerf,, un des inventeurs d'Internet.